Posté le 31/01/2013 dans : Stages et séminaires

Stage de didgeridoo, été 2012

Didgeridoo ? Je le crée et j'en joue !


Bouleau ? Frêne ? Châtaignier ? Acacia ! J’ai choisi ma branche. Je commence l’écorçage. Aah, la plane,… quel bel outil. Otée l’écorce, apparaît la fibre. Quelle beauté, ces nuances de jaunes, ces circonvolutions marron. Superbe.

L’après-midi, je m’essaye à souffler dans les didgeridoo mis à disposition. J’en essaye plusieurs : un petit, un gros en ré dièse, un long, un tordu. Celui en berce du Caucase est vraiment étrange. Arîîîîî… twîîîîu…Mais quel est ce cri ? Serait-ce un sapajou et suis-je sous les Tropiques ? Mais non voyons, je suis sous les noisettes. C’est la leçon sous les noisettes. Que dois-je faire avec mes joues ? Le cheval ? Pfrrfrrfrfrrrrrrr. Voilà donc mon premier son.

Et maintenant je façonne, je râpe puis je creuse, je creuse puis je râpe. Tiens ! En voilà des copeaux… ils seront recyclés dans les toilettes sèches du gîte. Ici, rien ne se perd.

Je reprends mon apprentissage musical. Chercher quoi ? Chercher mon drône ? Qu’est-ce donc que cela ? Twiiiiii. Pfrrrrrrrr. Twvouuuuuuuuwouuuuuu. Ca y est, j’y suis. Projeté depuis ma bouche, l’air tourne et tournoie dans le didgeridoo et entre en vibration avec chaque fibre du bois, et ça se communique de proche en proche jusqu’à former cette résonnance harmonieuse. C’est formidable.

L’artisane qui sommeille en moi se réveille : par ici la gouge. Tiens voici un ciseau. Et que je frappe avec le maillet. Ce bois est bien dur mais je persévère et j’avance. Petit à petit, ma branche se transforme.

Puis, c’est la leçon au bord de l’eau : c’est pas rien de traverser la rivière avec tous ces didg. Il faut essayer des modulations et parler dans l’instrument ? Dire Tékété ? Tipoutou…Tikitik…Tchaek… On l’entend, mon Tékété ?

Aujourd’hui, j’assemble les pièces, je les règle, cela doit s’ajuster pile-poil, je colle enfin, ça tient, je remplis les petites fissures. Quel jeu de patience. J’ai presque fini, il me reste à poncer, poncer et puis huiler.

Et vient enfin la leçon de bulles, il paraît que c’est l’initiation à la respiration circulaire. Comment peut-on souffler et respirer en même temps ? J’le crois pas, c’est pas possible. Mais si, la preuve, j’essaye avec un verre d’eau et une paille, blup blup blup, c’est édifiant. Vous avez dit « Bullez » ? Elles bullent toutes. Nous bullons ensemble. Bon sang, mais c’est bien sûr. J’ai compris, ça marche. Je suis prête pour mes premiers rythmes.

Merci Joachim, l’animateur. Merci Claire, l’apprentie toutes disciplines. Merci Francine, Sabine, Chantal, Dominique, les souffleuses. Merci Denise, l’oreille. On remet ça quand ?

Un prochain stage de didgeridoo est prévu en 2013. Intéressé ? Suivez notre blog régulièrement ou demandez nos infos par mail.

plus de photos du stage dans la galerie photo




Retour au blog

Mots clés : gite cévenneschambre d'hote cévennesdidgeridoostage didgeridoomusique aborigène

Commentaires

Le 01 février 2013 Francine a dit :

#1

Je viens de lire ton article sur le stage de didgeridoo. C'est bien écrit et sympa ! Oui, vraiment ça donne envie de participer. Et les photos sont magnifiques. Bien sûr, je ne suis pas tout à fait objective, ça me rappelle trop de bons souvenirs et après avoir vu les photos, lu les textes, je me sens nostalgique. J'ai envie de revenir bientôt.

Fil des commentaires de cet article

Ecrire un commentaire




Quelle est la dernière lettre du mot digk ? :